Institut français d’histoire en Allemagne

L’Institut français d’histoire en Allemagne, installé depuis 2009 dans l’université Goethe de Francfort, est issu de la fusion entre la Mission Historique Française en Allemagne de Göttingen et de l’Institut Français de Francfort. Il développe à ce titre un programme de recherche et d’animation des échanges scientifiques entre la France et l’Allemagne et un programme culturel destiné au grand public. Plus d'informations sur l'institut ici.

 

Dialogues d'Europe

Le cycle "EuropaDialoge/Dialogues d’Europe" est conçu par le Forschungskolleg Humanwissenschaften (Bad Homburg) de l'université Goethe et l’Institut français d’histoire en Allemagne à Francfort. Ce nouveau format de conférences de prestige, ouvertes au grand public comme au public universitaire, entend en effet confronter l’idée européenne et les défis de la construction européenne aux interrogations, concepts et analyses des sciences sociales et humaines.

 

 

projet Frobenius

Pour le programme actuel, reportez-vous à:

http://frobenius2014.sciencesconf.org/

En Allemagne et en France de la première moitié du vingtième siècle, les traditions scientifiques et contextes institutionnels se dont développés parfois de manière très différente. Mais pour ce qui concerne l’ethnologie, il existe aussi des intersections entre les deux conceptions épistémologiques nationales, qui rendent intéressantes une exploration de leur histoire croisée.

 

Saisir l'Europe

www.saisirleurope.eu

L'Institut français d'histoire en Allemagne participe en collaboration avec l'université Goethe de Francfort à la mise en place du projet de recherche « Saisir l'Europe-Europa als Herausforderung ». Il constitue la base d’un rapprochement pérenne d’acteurs majeurs de la recherche franco-allemande pour les cinq années à venir dans le domaine des sciences humaines et sociales, au nombre desquels on compte l’IFHA.

 

Le massacre d‘Oradour-sur-Glane

Jeudi, 16 Avril, 2015 - 18:30 - 20:00
Goethe-Universität Frankfurt

Oradour-sur-Glane fut entièrement détruit le 10 juin 1944 par des soldats de la division SS „Das Reich“ et ses 642 habitant assassinés – seules 6 personnes survécurent. Ce bain de sang aurait été perpétré par les nazis en représailles des actions de la Résistance dans la région. Après le massacre, le village ne fut jamais reconstruit et devint un lieu de mémoire.